Par Annie, le 9-05-18

Publié le 9 Mai 2018

Aux amis de Pascal Sevran,
 

Dix ans et si loin déjà... 

J'ai délaissé les journaux. Ils portent en eux le drame de sa vie : la perte de Stéphane, son compagnon. Il a tout écrit sur cette douleur insurmontable. Lui seul pouvait le faire.
J'ai repris un livre d'avant. A cette date, espérer était encore possible.

"... C'est bien joli les souvenirs, mais ils s'embrouillent aussi, comme le ciel. Si longtemps après, je pourrais me vanter devant des jeunes gens ébahis. Mais ce serait trop facile. On parle, on parle, la nostalgie s'en mêle et l'on prend vingt ans de plus, ce qui n'est jamais bon avant de s'endormir.

Je pourrais m' écrier les soirs d'euphorie au bar du Fouquet's "ma vie est un roman" mais tout le monde peut dire cela. Il ne suffit pas d'avoir emballé une pin-up italienne, une postière de Levallois-Perret et une meneuse de revue pour se croire unique en son genre, et ce n'est pas mon aventure avec un garçon qui va impressionner une génération qui regarde six chaînes de télévision à la fois. Non décidément, avoir eu vingt ans au dancing de La Coupole n'arrange rien.

Je n'en demande pas tant mais j'aimerais bien que l'on s'émeuve avec moi en regardant les photos que Robert Doisneau a prises, à Montrouge, autrefois, quand ma mère dansait.
Depuis ces jours anciens, j'ai ri bien sûr, j'ai chanté aussi. Et j'en connais même qui sont prêts à parier sur ma bonne mine que je suis heureux! Je sauve les apparences de mon mieux!
Je suis bavard mais je ne dis rien... 
La musique d'aujourd'hui fait tant de bruit que personne ne l'écoute, alors par politesse je fais semblant d'être-là, attentif et capricieux, comme les enfants au pied du manège, et qui voudraient bien monter et qui ont peur."


P. Sevran - Souvenirs particuliers- JCLattès -1990.

Pascal n'était pas qu'un être malheureux détruit par la perte de Stéphane. Il était aussi une personne de grand talent, il était surtout un homme au grand cœur. C'est ce Pascal Sevran-là que je garde dans mon souvenir.
Le temps a fait son œuvre.

 

Une pensée particulière à Ronan, Marie-Pierre et Didier, une autre vers les étoiles à Vincent.


Amicalement,


Annie D.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article