Phrases du jour par Pascal Sevran, le 11-06-09

Publié le 11 Juin 2009

5 On s'ennuyait le dimanche


Des indiscrets au cimetière, à pas de loup dans mon dos, leurs voix basses mêlées. Je n'ai pas bougé, espérant qu'ils se tiendraient à distance. A genoux, j'attendais pour me relever qu'ils passent. La tête baissée, les mains à plat sur le marbre, je me disais : ce n'est pas possible ils n'oseront pas.

La femme a osé, les hommes sont plus timides. Vincent, qui se tenait à l'écart en embuscade, ne l'a pas vue venir. Vincent m'est dévoué, il ne voit jamais rien venir, elle s'est approchée jusque sous mon nez pour me voir en vrai, peut-être même pleurer. "Je te dis que c'est lui."

Inimaginable ! La femme s'est accroupie, s'est tordue le cou, devant une tombe où je veux que l'on me laisse seul. je l'ai chassée d'un revers de la main. C'est hurler que j'aurais dû, la traiter de tout. En voilà une qui ira dire que je suis moins souriant dans un cimetière qu'à la télévision.

On s'ennuyait le dimanche par Pascal Sevran.

Rédigé par Ronan

Publié dans #Phrases du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

beaufils 11/06/2009 14:52

Des indiscrets, moi je n'en ai pas vu au cimetière dieu merci, je ne sais pas qu'elle aurait été ma réaction.