9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 17:13
4 Lentement, place de l'église

 

La solitude est un luxe que l'on ne peut s'offrir si on a peur de soi. J'y prends goût " Dangereusement", dit ma mère. Gilles Pudlowski dans un article du "Point" qu'il me consacre parle d'une "orgueilleuse solitude". Il y a du vrai, en effet. Mais l'orgueil bien compris ne va pas sans une part d'humilité. Ai-je tort de croire que le monde peut très bien se passer de moi ? Non évidemment, mon "effrayante lucidité", selon un ami d'avant, ne me laisse le choix qu'entre l'orgueil ou le désespoir : j'ai choisi ! elle m'épargne quelques désillusions de trop. J'ai eu mon compte. Je prends garde à ne pas tomber dans tous les bras qui se tendent. Je veux tenir debout tout seul aussi longemps que possible, la dépendance physique me serait insupportable, devoir me rendre un cauchemar. Je tiens pour un miracle de voir, d'entendre et de marcher, celui qui m'aurait accompagné jusqu'au bout, qui m'aurait porté, lavé, soigné et sans doute guéri n'est plus là. Je dois admettre que contrairement à ce qu'il me faisait croire, je ne suis pas immortel. Je l'ai été dix-huit ans, ce n'est pas mal. Mon "orgueilleuse solitude" est peuplée de souvenirs, les visiteurs qu'elle n'effraie pas sauront m'en distraire parfois.

Lentement, place de l'église de Pascal Sevran.

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles