15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 17:31

Pascal,

Ainsi ce jour marque une réalité, une fatalité qui s'impose. Cette déréliction qu'on recherche quand viennent les jours où nous ne voulons que ces êtres disparus, que ces émotions tant désirées.

Je vous attends chaque jours au travers d'une boîte aux lettres, vide de votre attention, de votre respect, de votre dévouement et de votre colère. Il m'arrive d'ambuler sur ces bords de Marne tant écrits, tant aimés, où ma jeunesse s'efface, absorbée par une tristesse insurmontable. Elle n'existe plus cette jeunesse, elle est vouée à disparaître sans laisser de traces.

Je ne vous en veux pas de m'avoir imaginé en un gandin parmi tant d'autres. Le quotidien d'une vie sans espérance n'a pas bien changé depuis votre départ. Il ne résulte que d'une suite d'évènements, de choix que l'on vit.

Je ne peux que penser à vous en observant de ma terrasse, les feuilles disparaître au gré du vent. Je reste ainsi le témoin impuissant du déclin d'une saison qui vous était chère, près d'un verre en n'oubliant pas de réciter les vers d'un ami commun.

Avec toute mon estime.

Ronan H.

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles