17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 12:46

Chères amies, chers amis de Pascal Sevran,

Il y a un an, je vous écrivais pour vous faire part de ma, notre, colère face aux attaques dont Pascal fut la victime à la fin de sa vie et même « post mortem ».

Je vous lis toujours régulièrement.

Je constate bien des regrets chez bon nombre d’entre vous : Pourquoi ne parle-t-on plus de Pascal ? Pourquoi ne le voit-on plus sur le petit écran ?
Je dois vous l’avouer, je ne suis pas étonné de ne plus voir Pascal à la télévision. La télévision est une fille facile, une prostituée : seul le client du jour compte ! Celui de demain ?
Evidemment, il nous reste l’espoir d’une rediffusion, d’une émission placée sous le signe de la nostalgie. Soyons réalistes, ce n’est pas certain.

Pour être tout à fait sincère avec vous, pour ma part, peu m’importe, Pascal est en moi. Surtout, je n’attends rien de personne. Même si, en vous lisant, je me sens moins seul. Ce n’est pas rien. «
C’est déjà ça » comme diraient certains !
Quand je dis que je n’attends rien de personne, je ne vous livre pas tout à fait le fond de ma pensée. Me sentant en sécurité, et, je le pense, compris, je vais oser : Où sont passés certains
membres de son entourage ? Pourquoi ne laissent-ils pas, comme Didier Ouvrard, un texte voire quelques petites lignes sur ce site (certains sont pourtant écrivains !) ?
Je n’attends pas de merci de leur part pour veiller avec vous sur la mémoire de Pascal mais si « les anonymes » n’oublient pas, je voudrais pouvoir dire que « eux » non plus.


Quand je pense à Pascal, j’entends la musique du temps qui passe ; je me promène au bord des étangs de Morterolles ; je marche sur la Place de l’église ou le long de la Seine, face à Notre Dame ;
je le vois écrire à son bureau ; je souris en repensant à ses agacements, souvent partagés d’ailleurs.

Inconsolable et gai disait Pascal pour se définir.
Gais, nous devons le rester car, pour nous, la vie continue.
Inconsolables, nous le sommes assurément. De lui.

Il s’émanait de Pascal une douce mélancolie, mélancolie que je retrouve en vous lisant, ma propre mélancolie.
Voilà pourquoi, chères amies, chers amis, il nous manque tant….

Je vous embrasse bien tendrement,

Jérôme.

commentaires

Florence 19/02/2012 17:44

Merci Jérôme, pour vos quelques mots qui traduisent si bien notre désarroi.
Je vous embrasse, ainsi que touts les amis de Pascal.
Florence

deuxaline 17/02/2012 19:18

Cher jérome,
Je suis de votre avis, où sont passé ses "amis". Pas un mot, l'oubli total. Pascal avait raison méfions nous du genre humain car il a la mémoire courte.Heureusement nous sommes nombreux qui ne
l'oublions pas, nous qui l'avons tant aimé.
Amitiés

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles