Par Liliane, le 04-02-10

Publié le 4 Février 2010

Bonsoir à tous et oui je trouve le temps maussade ! Je me prends à penser que tu es là mon Pascal.
Je n’arrête pas de te lire. Que faire ? Tu ne reviendras pas ni chanter ni écrire, toi qui m’as donné la passion de lire sur un lit d’hôpital. si un ange passe sur ton sapin à Saint-Pardoux qu’il te dises que la vie sans toi c’est déjà la mort qui s'avance. Quelle joie quand le moment sera venu; hélas il faut te survivre continuer à t'aimer mon Pascal… Je t envoie toutes mes plus belles pensées mais elles sont chargées de peine à bientôt.

Rédigé par Ronan

Publié dans #Témoignages et mémoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JOURDIER Jean-Pierre 13/02/2010 15:00


UN HOMME EXTRAORDINAIREMENT SENSIBLE ET FIDELE QUI NOUS MANQUERAS A TOUS CHANTEURS ET ACCORDEONISTES


MICHELE 08/02/2010 21:18


C est vrai qu il nous manque!Mais l important c est la vie je pense que Pascal ,malgre ses chagrins, l aimait.Et tant que nous sommes là pour temoigner ,il y est encore un peu lui aussi.Soyons
heureux la vie est si precieuse.


Chantal 05/02/2010 11:12


Oui il nous manque, mais j'écoute ses chansons, je relis ses livres, il est là présent. Je t'embrasse Liliane et Merci Ronan