9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 08:44

Cinquante ans de carrière sur un air d'accordéon :

Il accueille chez lui, simple- ment. Pourtant, beaucoup de fierté se dégage de cet homme qui s'est fait tout seul. Une fierté ouvrière, de la chose accomplie. En 50 ans de carrière, le Bertrésien Raymond Caille a inscrit son nom dans l'histoire de l'accordéon, jouant avec les plus grands, invité des émissions de télé ouvrant leur antenne à l'instrument populaire. 50 ans de carrière que le musicien retrace ce week-end à Bertry, le temps d'une expo à l'ancienne coop.

Jamais facile de résumer 50 ans de carrière. Surtout quand l'interlocuteur enchaîne les clichés sans jamais s'y attarder. Devant son album photos, Raymond Caille, 67 ans, égrène ainsi les rencontres : Jack Ronnie, Cachito Perez, puis Tino Rossi, Marcel Zanini, Stone et Charden, Jacques Martin, Pascal Sevran. Il faut digérer le millefeuilles de célébrités, présentées par Raymond Caille non par superficialité, mais d'une part parce qu'il en est une de vedette, dans le milieu confiné de l'accordéon, d'autre part parce que c'est sa manière de montrer qu'il a réussi sa carrière.

Simple et sincère. D'ailleurs, parmi les réponses à la question « Que vas-tu devenir ? » posée par sa mère, relatée dans la biographie Tout simplement co-écrite avec sa fille Mélanie Caille, celle-ci : « Un homme fier d'avoir su gravir les marches du grand spectacle ». Ce à quoi il adjoint immédiatement : « qui eut tout dans sa vie, des joies, des peines, et qui sut rester simple. » Les peines arrivent vite. Nourrisson, une mauvaise rougeole atteint sa vue, et la diminue fortement, obligeant une intervention chirurgicale qui devait mal se passer. Le jeune Raymond perd son oeil gauche, crevé. Enfance néanmoins heureuse. À 11 ans, il reçoit son premier accordéon, qu'il possède toujours.

Quelques cours avec Enrico Basile plus tard, il intègre l'orchestre de Jack Ronnie. « On faisait les bals des villages. J'avais 17 ans. J'ai alors touché mon premier cacheton », indique-t-il aujourd'hui. « Des accordéonistes jouent mieux que moi, mais moi, je suis commerçant. Je joue ce que les gens veulent, pour danser. » De bals en bals, R. Caille multiplie les rencontres, les groupes : l'orchestre de cabarets parisiens, l'orchestre bavarois. Et tourne avec des musiciens autrement plus connus : Tino Rossi, Marcel Zanini, Stone et Charden. Mais encore une fois, difficile d'en savoir plus. Cinq ans comme programmateur de Jacques Martin ? On arrivera tout juste à savoir que le personnage était soupe au lait, par excès de « professionnalisme ». Les télés, il en a fait un paquet. Avec Pascal Sevran, mais surtout Sur un air d'accordéon de Michel Pruvot, l'homme à l'improbable brushing.

Et pour preuve que ses 50 ans de carrière ne sont pas un point final, il s'enthousiasme à l'idée de retrouver le présentateur : « On va refaire de nouvelles émissions pour Wéo. » La chaîne du Nord - Pas-de-Calais rediffuse actuellement les anciens enregistrements.

Mais aujourd'hui, Raymond Caille délaisse quelque peu les touches. « Il y a beaucoup moins de bals, les jeunes vont dans les boîtes. Mais comme j'aime le contact avec les gens, j'organise des sorties. » Les Amis de Raymond Caille partent ainsi régulièrement en goguette, souvent à Paris. « Pour Dany Boon à Vivement dimanche, j'étais le seul à avoir 65 places ». Et probablement à réserver, cette année, 120 places pour son passage à l'Olympia.

Mais l'accordéon n'est jamais loin. Samedi prochain, il jouera à Bertry avec son poulain Arnaud Delsaux, qui assure la relève.

La voix du nord - le 08.1
0.09

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles