Revue de presse, le 22-12-10

Publié le 22 Décembre 2010

Bonjour à tous,

Avec retard, je publie cet article sur Pascal entre autre et Jacques Martin, dans lequel Jacques Pessis raconte quelques anecdotes. Jacques Pessis est un journaliste spécialisé dans l'histoire de la chansons française. Il m'avait ému en février 2001, alors que Trenet décédait, en racontant la vie et la carrière du Fou Chantant.

RH

Jacques Pessis, journaliste et chroniqueur de Chabada sur France 3, a côtoyé pendant plus de trente-cinq ans deux grands hommes qui ont marqué le petit écran : Jacques Martin et Pascal Sevran. À l'occasion de l'émission de Mireille Dumas, il raconte les souvenirs qu'il garde de ces animateurs.
« J'ai l'impression de les avoir toujours connus. Je ne sais même pas comment je les ai rencontrés », explique Jacques Pessis. Plusieurs années après leur disparition, le journaliste ne veut oublier ni Jacques Martin ni Pascal Sevran. « Je garde d'eux une image joyeuse. Ils étaient passionnés et possédaient une culture impressionnante. C'étaient aussi, chacun dans leur genre, de vrais artistes. » 
Le premier a lancé des émissions comme Le Petit Rapporteur, L'école des fans ou encore Dimanche Martin. Le second s'est passionné pour la chanson française, d'abord dans Le petit conservatoire, de Mireille, puis en développant ses propres émissions : La chance aux chansons, Surprise party ou Entrée d'artistes. Peu à peu, les animateurs sont devenus des figures incontournables du petit écran. « Pascal Sevran travaillait dans le secret, poursuit Jacques Pessis. Il s'enfermait souvent chez lui, sans voir personne pendant plusieurs jours. Jacques Martin aimait improviser. C'était un grand inventeur, mais ce n'était pas souvent facile de le suivre: il changeait d'avis en permanence ! » 

Pourtant, leur réussite ne les a pas totalement satisfaits. « Ils aimaient ce qu'ils faisaient, analyse Jacques Pessis. Mais, en dépit de leur popularité, ils étaient blessés de ne pas être davantage reconnu pour autre chose que leurs activités télévisuelles. » Jacques Martin n'est pas parvenu à s'imposer comme homme de théâtre. « Il a mis en scène des pièces qui n'ont pas eu le succès escompté et aurait aimé écrire la grande histoire. » Pascal Sevran, lui, rêvait d'écriture. « Il aurait échangé toutes ses émissions contre un livre. Cependant, accordons lui d'avoir proposé des divertissements où l'on s'intéressait plus aux artistes qu'au marketing. Aujourd'hui, Chabada prend la relève en défendant à son tour la chanson française.»

Rédigé par Ronan H

Publié dans #Article de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Soler 22/12/2010 14:30


Bonjour à tous,
Merci pour cet article émouvant.
Je souhaite à chacun de très joyeuses fêtes de fin d'année, je souhaite aussi que ce blog à la mémoire de Pascal Sevran continue d'exister très longtemps gràce à vous tous.
Marie-Pierre