15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 21:33

pascal-1.JPG

Photos de Germain Pire

2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 14:14

Chers amis de Pascal Sevran,

J'espère que vous allez tous très bien.
Bonne année à tous, surtout une bonne santé, plein de petits bonheurs et le meilleur de la vie pour chacun de vous.Une pensée affectueuse pour notre cher Pascal et ses proches qu'il aimait tant.
Pardonnez-moi, nous sommes le 2 février 2011 et je suis très en retard pour ces voeux à cause de l'ordinateur qui nous joue de des tours depuis le mois de décembre. Impossible d'envoyer mes messages, par contre, je peux en recevoir.Cela fait déjà la troisième fois Noël et Jour de l'an, sans Pascal. Quelle tristesse !
Oui, mon coeur est triste sans lui! malgré ses CD et ses DVD et le silence de notre chère idole bien difficile à supporter. Ses livres nous permettent de retouver ses pensées et, comme il le disait lui-même, la vie continue! Le chagrin de cette perte cruelle, lui reste là bien présent dans notre vie et ce terrible sentiment d'injustice! Oui, son talent et sa gentillesse légendaire continuent de nous manquer, jour après jour. Gardons précieusement Pascal dans nos coeurs et dans notre esprit. Comme il le disait souvent, je vous embrasse, embrassez-vous
Je vous remercie, cher Ronan et je vous embrasse ainsi que tous les amis de Pascal Sevran.

A bientôt. Joëlle

30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 16:59

Chères amies, chers amis de Pascal Sevran,

Je vous lis discrètement depuis quelques temps déjà. Évidemment, je nourrissais le projet de me joindre à vous en déposant, moi aussi, un texte pour témoigner de mon attachement à notre ami commun.

Une forme de timidité m‘en aura toujours empêché.

Et puis que dire de plus que vous n‘ayez écrit ? Certains d’entre vous parlent de manière si touchante de Pascal que j’avais peur d’être redondant. Je tiens à saluer tout particulièrement Annie et Marianne pour leurs nombreux témoignages ; elles sont les gardiennes vigilantes de sa mémoire. Je me dois de remercier, bien sûr, Ronan grâce à qui nous avons un endroit pour nous retrouver. Ce site est une référence pour tous ceux qui, comme moi, sont restés les bras ballants devant une tombe, un journal posthume entre les mains.

Toutefois, j‘ai décidé de sortir de ma réserve car je suis contrarié pour ne pas dire plus.
Chaque article de presse écrite, chaque émission télévisée consacrés à Pascal se doit de « rappeler » (on se demande pourquoi?) cette sombre histoire de pseudo racisme.
Autant vous le dire (à vous tous qui me comprenez si bien), je n’en peux plus de lire ou d’entendre ces énormités. Maintenant, ça suffit ! Mais bon dieu, que ses détracteurs apprennent à lire ! Il y a des dizaines de pages consacrées à la détresse des enfants africains dans son journal. Veulent-ils ou savent-ils seulement lire ? Les soi-disant journalistes et autres pisse-copies ne devraient pas se sentir obligés de parler de ce non événement ; il y a d’ailleurs eu un non-lieu total dans cette « affaire » et une tribune magnifique signée par de grands intellectuels pour assurer que Pascal était tout sauf raciste. Alors assez.
Oui, assez !

Pascal était un animateur de télévision, un parolier, un chanteur et un très grand écrivain ; un fin analyste politique aussi. Point final. « Seul » cela compte. Le reste n’a jamais existé, par définition.

Voilà, je me devais de consacrer un texte à ce sujet, je m‘en serais voulu. J’ai pourtant longuement hésité ne voulant finalement pas relayer sur ce site l’infamie dont Pascal fut victime à la fin de sa vie mais je voulais surtout que l’on sache que ses amis n’acceptaient pas qu’on le traîne ainsi dans la boue sans réagir.

Bien sûr, d’autres souvenirs bien plus agréables me viennent en tête pour vous parler de Pascal.
Ce sera, peut-être, pour une autre fois. Je voulais, aujourd‘hui, lui rendre justice. Une façon de montrer que je l’aimais aussi, bien sûr.

Nous sommes tous très attachés à la mémoire de Pascal. Continuons car il me, nous, manque tant.
Ma bibliothèque s‘ennuie sans lui.

Moi aussi….

Jérôme

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:50

On s'ennuyait le dimanche

Je me dis cela chaque matin, après quoi j'écris des livres, je chante, je cours à la télévision et chacun se réjouit de ma bonne mine. On se demande où je puise mon énergie. je n'en sais rien. Stéphane me manque comme jamais. Epuisé moralement et physiquement par ma course folle de l'hiver, sur les scènes et devant les caméras, lui seul pourrait m'aider à surmonter la mélancolie, le chagrin. Mais je n'aurais pas de chagrin s'il était là, c'est lui qui m'aurait dit : "tu n'as jamais été aussi beau."

On s'ennuyait le dimanche de Pascal Sevran.

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 20:54

Moi aussi, je veux joindre mes mots à vous tous et toutes et vous souhaiter une belle année 2011. Elle se montre sous son meilleur jour avec une future émission que crois en hommage à notre cher Pascal et à tous ceux qui l'aiment et le respectent. Avec celui qui, fidèle, s'est battu pour que cette émission existe: Didier Ouvrard en collaboration avec Karine Garnaud. Septembre verra l'arivée de la nouvelle chaine tv qui diffusera cette émission: Armony Tv. Je pense que là-haut Pascal se réjouit lui aussi! Je vous embrasse. Florence

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 23:34

A mon tour de souhaiter à tous les amis, amies, de ce blog, une belle année 2011.
Merci à Ronan pour ce blog, merci à toutes et à tous qui "l'alimentez". Je vois avec plaisir qu'il y a régulièrement des "petits nouveaux". Je vous embrasse, embrassez-vous.

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:51

En ce début d'année le monde tourne à l'envers cher Pascal, vous auriez de quoi alimenter vos livres plus qu'il n'en faut, hélas. Les bonnes nouvelles on doit les chercher. Même le temps s'y est mis, la neige est tombée en abondance dans votre cher Limousin, et ailleurs, ça au moins vous auriez apprécié, et bien ri de voir cette neige occasioner une pagaille monstre dans notre pays. Ainsi va la vie, je ne vous oublie pas, et ne cherche pas à le faire, et j'aimerais bien de nouveau vous faire une petite visite à Saint-Pardoux, attendons un peu , le printemps arrive .Si vous me voyez de la haut je vous embrasse, et s'il vous plait envoyez moi un peu d'énergie.

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:47

Merci Pascal, Merci Stephane...

Quel beau cadeau vous venez de me faire...! Tarzan et Idol viennent d'arriver....si je m'attendais à cela...surprise de chez surprise...mais ne vous inquiétez pas, je vais les chouchouter.
J'ai déjà commencé d'ailleurs car Tarzan est très âgé et il a besoin de beaucoup d'attention vu son grand âge(30 ans)...par contre Idol (15 ans) est une vraie canaille.... Tarzan est calin, doux, gentil, Idol, est très speed, fougeux, sacré garnement....ils ont fait connaissance avec mes deux arsouilles à moi et je leur souhaite encore quelques belles années de bonheur ici dans les pâtures belges et luxembourgeoises... Vous les voyez d'ailleurs de là-haut, qu'en pensez vous ?

Je vous embrasse tous les deux et vous me voyez bien faire plein de calins à vos deux 4 pattes...

A très vite, je suis très contente, vraiment Merci...

Marianne

16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 13:28

Bonjour à tous les amis de Pascal Sevran,


Je souhaite à chacun de vous une bonne santé et une bonne année 2011. Je dis merci à Ronan pour l'existence de ce blog, et à nous tous, pour que ce blog dure encore un peu, très longtemps si nous le voulons. L'absence de Pascal Sevran devient plus lourde, le temps qui passe ne nous éloigne pas de lui. Il y a ses livres qui me passionnent toujours autant, les photos de lui, quel plaisir de les regarder de temps en temps.

Et, il y a ce blog créé à sa mémoire. Je vous embrasse, tous.


Marie-Pierre.

5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 16:45

Bonjour à tous,

Avant sa sortie dans les librairies, je voulais vous en apporter un petit résumé que j'ai trouvé au détour de quelques pages sur le net et qui j'en suis sûr, vous donnera envie de le lire. "Retour parmi les hommes" n'est pas un ouvrage anecdotique, mais bien la suite du roman "En l'absence des hommes", dans lequel Philippe Besson raconte la relation platonique et fantasmatique entre Vincent de l'Etoile et Marcel Proust et celle consommée et consentie entre ce même Vincent et Arthur. Bien sûr écrit avec finesse et délicatesse par Besson qui rend par ailleurs un hommage appuyé et respectable à Proust. Tout ceci sur fond de Grande Guerre.

Respectueusement à tous. R.H.

Résumé de Retour parmi les hommes

En 1916, à la mort d’Arthur, son jeune amant tué au combat, Vincent de l’Etoile, héros d’ En l’absence des hommes, s’est enfui. En Italie, d’abord, puis au Moyen Orient, en Egypte, au Soudan, en Abyssinie sur les traces de Rimbaud, en Syrie, au Liban ; errance de vagabond inconsolable, miséreux et rêveur ; puis c’est la traversée de l’Atlantique dans un bateau d’émigrants, l’Amérique, le New-York des années vingt. Après quelques années de dérive à traîner son deuil à travers le monde, Vincent retourne en France en 1923 ; c’est un peu comme s’il acceptait enfin la mort d’Arthur. Quand il retrouve sa ville natale, il ne reconnaît rien et peine à trouver sa place dans ce Paris des années folles. Son mentor, l’écrivain Marcel Proust, est mort lui aussi. Mais le hasard va le mettre en présence de Raymond Radiguet qui vient de publier Le diable au corps. C’est un très jeune homme, talentueux, brillant, charismatique qui séduit profondément Vincent. L’attrait est réciproque bien que Radiguet soit hétérosexuel. Avec cette énergie et cette joie de vivre qui est la sienne, l’écrivain en vogue, protégé de Cocteau, entraîne son nouvel ami dans les milieux intellectuels parisiens et les folles nuits de Montparnasse. Mais il existe une face sombre de Radiguet. Une fêlure chez ce garçon de vingt ans qui malgré sa gloire éclatante et brutale semble pressentir le sort tragique qui le guette et cette fièvre typhoïde qui va le tuer en décembre 1923. Déambulation hypnotique à travers le monde, qui convoque les fantômes de Kafka, Rimbaud, Nizan ou Dos Passos, voyage solitaire où le héros se perd et se dissout plus qu’il ne se reconstruit, où le déracinement demeure même une fois retrouvées ses racines, ce très beau livre à la fois grave et lumineux, est un chant d’amour déchirant à la gloire des êtres aimés à jamais disparus, un livre sur la douleur vécue comme exil intérieur.

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook