9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 16:31

Depuis 7 ans, la nuit couvre de son manteau la chanson Française sans espoir
de revoir le soleil un jour.


Comme les médias t'oublient mon petit Pascal et bien ne leur en déplaise, tu étais le seul
a avoir bien mérité de la chanson française.


Seul Michel Drucker a de temps en temps une pensée pour toi à l'antenne. La mémoire de la chanson que j'avais mis à ta disposition ne recoit plus aucune visite.

Avec Gérard Bourgeois le compositeur, nous avons arrêté de poursuivre notre travail

Merci en tout cas pour tout ce que tu nous a apporté. Je me demande ce qu'est devenu ton Paradis...

Nous refusons toujours d'aller a Saint Pardoux ainsi nous gardons l'impression que tu es toujours là.


On t'embrasse.

Francis

9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 16:29

Voici 7 ans PASCAL que vous partiez rejoindre votre cher STEPHANE.

Je n'arrive toujours pas à vous oublier, je suis très triste, car la chanson française et les accordéons sont en deuil, personne ne vous a remplacé, vous étiez le seul a les faire connaître aux jeunes et moins jeunes.

Vous êtes pour toujours dans nos coeurs.

Hélas, je regrette qu'il n'y ait aucun HOMMAGE qui vous soit fait, c'est très regrettable. Mais je sais que beaucoup de personnes ne vous oublient pas et vous regrettent énormément.

Chantal

9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 16:08

7 années sont passées

Bien des choses ont changé

La nostalgie disparut

Puisque la vie continue

Tu demeures en pensées

Pour les êtres concernés

Le souvenir se porte doucement

Avec joie, assurément !

R.

9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 00:32
Les dates ponctuent le souvenir. Pascal est parti depuis 6 ans. Les hommages se font rares.
 
Dans son dernier ouvrage paru en 2013 : "De la lumière à l'oubli", Michel Drucker osait poser des mots sur le parcours de Pascal Sevran.
 
Observateur de ce monde des médias qui est le sien, le regard affûté, il constate sans illusion l'oubli et l'absence de reconnaissance de la télévision. 
 
"A Paris, toute la chanson défilait dans ses émissions d'après-midi - personne depuis n'a remplacé ce rendez-vous de variétés quotidien. Simone Langlois, Minouche Barelli, Jacqueline François, Georgette Lemaire, Aimable (Pascal adorait l'accordéon)...
 
Autant d'artistes qu'on ne voyait plus qu'à "La chance aux chansons" et que le public adorait. Pascal ne suivait pas l'air du temps, il faisait ce qu'il aimait et ce qu'il voulait - c'est une très bonne méthode. Une fois dans la lumière, il eut le goût d'y faire venir ou revenir ceux qu'elle n'éclairait plus ou pas encore. C'est un des grands plaisirs du métier, quand on est assez fort et libre pour l'exercer selon son coeur.
 
Après Chazot et parallèlement à Brialy, Pascal Sevran perpétue cette galerie de ceux qui ont capté l'attention par leur esprit, dandys mordants, amuseurs infatigables, vedettes sans être stars, oscillant toujours entre le grand public et les coteries. Chaque decennie voit surgir les siens, aujourd'hui ce pourrait être Edouard Baer ou Fréderic Beigbeder."
 
Cet ouvrage, raconte le parcours de Pascal et de nombreuses personnalités de la télévision. J'ai lu avec plaisir ce livre... il décrit avec délicatesse le destin télévisuel de Pascal.
 
Je vous adresse à tous et toutes, mes pensées en souvenir de lui.
Annie
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 08:00
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 12:04

PHOdaaeeed2-9c66-11e2-955a-12ea83535912-300x465.jpg

...Pour Charles Trenet, le passeur fut Pascal Sevran qui nous convia chez lui dans sa bonbonnière face à la Seine, au-dessus de la statue du Vert Galant... A vrai dire je trouvais que le poète cabontinait un peu trop.

Pascal fit de même avec Dalida, dont je n'étais pas précisément fan avant notre dîner, mais qui m'émut lorsqu'elle s'ouvrit à moi en me racontant ses origines comme ses blessures. Elle était persuadée d'avoir porté malheur à tous les hommes de sa vie. Il y  avait eu une dimension tragique, palpable d'emblée pour qui la connaissait à peine, et hélas confirmée par son suicide, en mai 1987, après le tournage d'un film qui avait compté pour elle, Le Sixième Jour.

Seules les traces font rêver de Patrick Poivre d'Arvor.

17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 17:22

Cher Pascal,
Hier, c'était votre aniversaire et celui de la disparition de Stéphane, comment penser à l'un sans penser à l'autre ? pour moi vous ne faites qu'un et je ne vous oublie pas.
Bien à vous tout là-haut !

17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 17:20

Bonjour tout le monde,

C'est vraiment très beau, magnifique Didier votre petite lettre à Pascal, oui, nous ne l'oublions pas bien sur ! ni Stephane que je n'ai pas connu, mais ses vrais amis et admirateurs non certainement nous ne t'oublions pas Pascal.
Il y a des hauts et des bas pour tout le monde, j'ai appris le voyage de Vincent .....nous vivons avec tout cela..
Petite touche de gaité, Idol qui attend tous les matins sont "ptit dej" et ses câlins .... et qui me ramène à toi Pascal chaque jour 

Je vous embrasse tous, tenez moi bien au courant si quelque chose s'annonce comme vous le dites Didier, je ne suis pas en France et pas toujours au courant de tout ... mais des compilations me feraient un grand plaisir ainsi je suis sûre qu'à pratiquement toute la France qui vous aime tant...

Je vous embrasse tous.


Marianne (Luxembourg)

16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:38

Pascal 16 octobre 2013

Le 16 octobre  pour les amis de Pascal Sevran et Stéphane Chaumont c' est une date qui les unis à jamais. Ce double événement « deux en un », comme on dit aujourd’hui, vous associent  mieux encore que le mariage, tellement plus beau que dans les livres, terriblement cruel, juste avant le « the end » des meilleurs romances de cinéma.

Cette date , pour ceux qui vous aiment ici-bas est le triste épisode d’une vie à deux affichée, assumée, accomplie. Pour vous , c’était dans les faits et l’évidence depuis le jour de votre rencontre.

« Pascal, Stéphane », « Stéphane, Pascal » souvent sur le plateau ou en privé, nous avons été quelques privilégiés à vous entendre vous chamailler. Comme pour jauger l’amour de l’autre, vous vous taquiniez jusqu’à l’engueulade, jusqu’aux cris parfois.  Couple explosif et fusionnel !

Cher Pascal, je me permets de t’envoyer quelques questions dans les nuages. Oups, pardon, dans « le Cloud », on dit cela maintenant. Ben oui, je suis devenu un « geek » de l’informatique, tu sais !

 Pourquoi trouve t-on de moins en moins de vidéos  de tes émissions ?

 Pourquoi les médias ne parlent pas de toi?

Mis à part ton amie Dominique Préhu de « France Dimanche » et Michel Drucker » dans « Les 500 émissions mythiques de la télévision française » et dans son dernier livre « De la lumière à l'oubli »  Voilà un titre qui aurait pu être de toi aussi.

Sinon,  rien, encore quelques amis que tu as connus ou pas. Ceux-là entretiennent des pages amicales sur des réseaux sociaux, sites et autres blogs.

 Que devient l’équipe de l’émission ou des chanteurs que tu as révélés ou ressuscités ?

Parfois ces questions m'arrivent, je tente d’y répondre humblement... alors que d’autres interrogations me taraudent.

 Que deviennnent Lulu, Zébulon, les souris ?

Et Serge T ?

Plus de nouvelles. Il serait dit-on entre son appareil photo et New-York… C’est bien lui le plus heureux, tiens !

Où sont les héros de ton journal ? 

Certes, tu les disais éphémères.  Au nom de ton amitié, nous nous étions promis avec quelques-uns de nous revoir de temps en temps… Mais tous mènent leurs vies, avec   son lot de tristesse, de bonheur, d’amour, de mort , alors on oublie vite les morts comme tu l’as si bien écrit.

 As-tu vu passer là-haut « Vincent L’Alsacien » parti sur la même route que Dalida ?

Pourquoi tes livres et plus particulièrement les neuf tomes de ton journal ne sont-ils pas réédités en coffret ?

 Pourquoi en est-il de même avec tes chansons ?

Il me vient des rumeurs .... bientôt, sortiraient des compils de tes émissions. Beaucoup attendent cela. j'espère  que ce travail sera confié à des gens qui ont été tes collaborateurs ; Gérard « Tintin » doit être de cette aventure !

Malgré tout, je suis heureux d’être là et conscient de la chance que j’ai de pouvoir t’envoyer ce petit message " rappel d’amitié ".

Depuis notre Terre, qui est parfois si jolie... enfin pas toujours... Nous sommes encore quelques-uns à nous souvenir de vous deux. Un petit signe gentil de fidélité et de mémoire.

Ici-bas. Didier

15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 19:38

PENSÉES POUR NOTRE CHER PASCAL, QUI DEMAIN AURAIT EU 68 ANS !
JE L'AI BIEN CONNU POUR AVOIR ASSISTÉ A L'ENREGISTREMENT DE PLUSIEURS DE SES ÉMISSIONS, DONT LES DERNIÈRES... DEPUIS JE SUIS AMIE AVEC SA SOEUR JACQUELINE, ET FRANCIS, DE VRAIES GENTILLES PERSONNES,
ET NOUS AVONS PLAISIR A NOUS RENCONTRER.
J'ÉTAIS AUX OBSÈQUES "PRIVÉES" DE NOTRE CHER PASCAL, ET ME SUIS RENDUE PLUSIEURS FOIS SUR LA TOMBE A ST PARDOUX, MAINTENANT JE SUIS PLUS ÉLOIGNÉE.... MAIS MES PENSÉES VONT VERS LUI TRÈS TRÈS
SOUVENT ! ET SES MUSIQUES REMPLISSENT SOUVENT LA MAISON, AINSI QUE CELLES DE STÉPHANE.... C'EST LES LARMES AUX YEUX... QUE JE VOUS DIS
A TOUTES ET TOUS MON GRAND SENTIMENT POUR CE "GRAND MONSIEUR"
QUI NOUS MANQUE !!! SINCÈREMENT

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles