12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 15:14

Pascal, je vous aime, je vous aimerai toujours. Vous êtes resté le même, la gloire, la célébrité ne vous a pas changé. Vous êtes un Vrai Gentil. Jamais de calcul. Vous êtes un vrai passionné, une sensibilité à fleur de peau, des colères, des emportements, des rires, beaucoup d'humour et surtout, votre façon de dire ce que vous pensez. Tous les autres, à la télé, les animateurs etc... sont bien fades. Je pense à vous, chaque jour. Vos sœurs m'ont émue. Je ne peux penser à vous sans penser à Stéphane, votre Amour, votre Souffrance. C'est Bien de continuer à vous aimer, de ne pas vous oublier. Tous ces gens, sur ce blog, tous ces témoignages d'amour et de fidélité. Ça fait chaud au cœur. Grâce à vous, de nouvelles amitiés. J'embrasse tous les Amis de Pascal Sevran.

Marie-Pierre

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:39

l_54189397dc064caabee4c4d911503450.jpg

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:24

Voilà, deux ans que vous êtes parti, voilà deux ans que je n'ai plus goût à l'écriture... Voilà deux ans que je cherche votre réconfort, votre affection au travers des quelques mots qu'il me reste et qui sont à jamais gravés dans ma mémoire...

Voilà deux ans que je me rappelle combien vous fûtes un privilège, peut-être le seul que la vie m'ait offerte. Je me perds chaque soir dans les souvenirs de ces moments où ma priorité restait de vous donner de mes nouvelles. Elles demeurent celles que vous connaissiez. Mes bagages sont prêts, il ne me reste qu'à attendre...

Je n'espère plus rien, Pascal, je survis seul, inerte devant tant de souffrance, devant tant de violence... Impuissant face au temps qui passe, je ne suis destiné qu'au passé... Mon existence est la même, mon chemin est escarpé.

Vous connaissiez mon entêtement, d'autres le savent maintenant, d'autres qui sans vous, n'auraient jamais fait partis de ma vie. En cela je vous suis reconnaissant,  je vous retrouve au travers de ces amitiés qui me sont si chères.

Pascal, mes pensées -si lourdes à porter- se tournent vers vous, en souvenir de l'homme que vous étiez.

Ronan

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:12
Voilà deux ans que je n'espère plus rien. Vous m'avez tant appris par l'écriture. Votre visage si pur n'est plus à la télévision qu'un doux souvenir. Il faut désormais imaginer que vous ne reviendrez plus. Les larmes sont parfois douces, amères ou rageuses après cette mort qui vous a emporté. Pourquoi ?
Vous étiez tellement professionnel. Il suffisait d'une fleur, d'un étang dans votre campagne et vous étiez heureux. Je sais, votre Amour vous manquait. Vous aviez trouvé le courage de lui consacrer vos pensées dans vos journaux. Je vous admirais en les lisant.
Aujourd'hui, je vous pleure avec vos amis. L'absence est si lourde. Il reste Saint-Pardoux, où je peux venir vous chuchoter quelques mots. M'entendez-vous ? Je n'y crois pas.Désormais il faut se résoudre aux souvenirs et à ce 9 mai tragique.
 
Je vous envoie mes pensées affectueuses. Salut l'Artiste. Liliane
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:12

Cher Ronan, chers amis de Pascal Sevran,

Une tendre pensée pour mon cher Pascal, mon idole, presque 2 ans depuis ce jour terrible du 9 mai.
2 ans que nous n'avons plus la voix de Pascal et l'image absente pesante. Pour moi, la vie sans lui est dure : écrivain cultivé, plein de talents et reconnu, mais aussi loyal et franc, ce merveilleux chanteur à la voix si belle et douce; cet élégant animateur de la Chance aux chansons. Tout ce qu'il faisait était réussi. Jamais la télé n'aura le même charme sans lui. Il me manque. Je vais souvent me recueillir près de lui et le fleurir. J'y vais dans quelques jours.

Merci, cher Ronan. Je vous embrasse ainsi que tout les amis de Pascal Sevran.

A bientôt. Joëlle

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:12

Bonjour à tous,
Dimanche voilà 2 ans que Pascal nous a quitté, mais grâce à votre blog , il est toujours parmi nous. J'ai écris un petit hommage que voici :

A Pascal
Depuis deux ans j'ai perdu une habitude
un visage avec un sourire.
Je me retouve avec une solitude
avec des dimanches sans votre rire.

Dans vos beaux yeux bleu azur, j'aurai aimer m'y noyer.
Respirer le même air pur que vous, tout partager.
Toucher vos cheveux blond comme les blés.
Mais trop tôt vos beaux yeux se sont fermés
Et les miens ne cessent de pleurer.

Je pense toujours à Lui. Amitiés. Nathalie

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:12
Le parfum des lilas dans le salon et les boutons de roses prêts à éclore, la nature fidèle me rappelle que nous sommes en mai, une date devenue commémorative le 9. Ce jour-là, vous partiez en silence à ma stupéfaction. Bien sûr, il y avait des petits signes, des mots à double sens, votre écriture qui déjà s'enfuyait, aujourd'hui je comprends mieux. Je sais. L'heure sonnait, telle une délivrance.
 
Je suis venue vous dire combien nous essayons de garder votre mémoire vivante. Votre attention,nos correspondances dans les moments difficiles,ce soutien-là je n'oublie pas.Nous restons unis autour de votre souvenir. Pourquoi vous mentir, ce n'est pas évident tous les jours. Le silence est si pesant parfois. Notre volonté est intacte. Il s'agit simplement de vous remercier, de témoigner avec discrétion de l'Homme exceptionnel que vous étiez.
 
A ma façon, j'essaie de garder vos leçons de vie dans un monde qui ne vous enchanterait pas. J'imagine vos colères flamboyantes, vos indignations,votre plume grinçante et toujours cette question, définitivement sans réponse : Qu'écrirait Pascal ? Même J. Ferrat s'est tu, sa France et sa montagne ne sont plus de saison.
 
Vous demeurez toujours au coeur de mon jardin secret. Votre gentillesse et votre attention me manquent, vos livres et vos chansons m'entourent. Je conserve quelques mots bleus, les autres sont en cendres...promesse tenue.
Si j'étais optimiste, je vous dirais que le temps fait son oeuvre, hélas il remplace le chagrin par l'absence. Oui, la vie continue mais sans Vous tout est différent. Merci d'avoir été là si souvent pour moi.
 
Je confie à J. Chardonne le soin de vous rendre hommage avec ses mots :
"Tant de vivants, même proches, sont pour nous des morts, tant de morts sont présents, tant de choses sont vivantes ou ne sont rien, selon notre attention et notre coeur, que je n'ai jamais su très exactement où finissaient la vie et la terre. "
 
Annie
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:06
Mon Pascal,
 
Voilà deux ans que tu as quitté l'enfer vers d'autres contrées. Peut-être chevauches-tu avec Stéphane des pur-sangs dans des prairies vertes et humides ? Depuis ma dernière lettre, remise  à Annie et Ronan - qui veillent aimablement sur ta mémoire- il s'est passé bien des choses désagréables sur notre terre.
 
Le monde est devenu fou, de plus en plus flou ; la tempête Xyntia, la zone ravagée appellée  "zone de solidarité", les violences, les caillassages de bus, les tremblements de terre, la neige en mai (celle-là que tu aurais aimé), les vagues de 7 mètres sur la Croisette, et ceux qui bravent les éléments jusqu'à implanter des restaurants sur les plages. Doivent-ils craindre le pire ? Un volcan islandais crache des nuages noirs et paralyse le monde, des moines tibétains aident leurs amis chinois tortionnaires lors d'un tremblement de terre... Tu vois rien ne change, tout s'aggrave. A ce propos, on a laissé la dette de la Grèce " en-Pyrée " et j'entends encore l'européen sceptique que tu étais jubiler un peu. L'histoire te donne raison dans un délai bien court. Tout n'est pas écrit, si tu savais...non...Cher Pascal...
 
Je parle parfois avec des jeunes gens et des dames de ton journal que tu aimais bien. On se téléphone souvent en évoquant ton souvenir. Je reçois quelques SMS des uns et des autres : "Depuis St Pardoux je t'embrasse"ou" je passerai déposer des jonquilles." Tu vois Mon Pascal on pense encore à toi. Avec Serge T. nous parlons encore de toi, que faire d'autre ...
 
Mireille Dumas a présenté une série d'émissions concernant les Grands Hommes de la télévision, tu y étais. Comment ne pas relever les incohérences, et l'impression étrange d'un reportage sous contrôle ?
Tu n'aurais jamais accepter les extraits des Carpentier avec Carlos et Sylvie déguisés en cigale et fourmi. Il aurait été plus judicieux de passer des extraits de tes émissions !
Pas un mot sur Morterolles, où tu aimais tant te réfugier avec Stéphane et te retrouver pour écrire seul.
Ces allusions à une sombre histoire de racisme qui te fît tant de mal, mais rien sur le non-lieu dont tu as fait l'objet.
Aucune référence à ton talent d'écrivain,à tes journaux... Ces héros de tes livres qui sont sincèrement tristes et que tu décrivais si bien. Et P.Besson qui aurait su parler de l'homme que tu étais.
Quant à ce cher J.J. Debout qui a l'air traumatisé par tes colères, il se montre moins apeuré aujourd'hui présentant un spectacle avec tes musiciens et continuant de gagner sa vie sur ton nom.
Pour finir par un J.L. Lahaye très disert sur vos soirées-restaurants et ta façon d'être avec les jeunes gens. Quelle indécence ! Je l'ai connu plus discret sur ses moeurs. Qu'il n'oublie pas que tu le défendais et que tu l'invitais alors qu'il était privé de télévision. La liste est longue de ceux qui oublient vite et se servent encore quelques lampées visqueuses dans la marmite aux souvenirs. Ces souvenirs-là qu'ils devraient taire par respect.

En ce qui me concerne, je continue à me battre pour un avenir en chansons avec  "Générations Chansons et accordéons" que nous aimions tant. Je suis certain qu'il est possible de créer, sans copier mais en respectant tes principes et ta mémoire. Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, mais je peux me regarder dans un miroir, fier d'être fidèle à ta mémoire.
 
Didier OUVRARD
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 19:53

3596972028328Bonjour à tous,

Je viens vous annoncer la création d'une communauté de blog appelée La Chanson Française qui a pour but de mettre en relation des blogs ayant comme thème principal La Chanson Française au travers d'un auteur, d'un artiste, d'un compositeur, d'un chanteur ou encore d'un interprète.

En effet, nous ne sommes pas les seuls à oeuvrer pour la mémoire d'un artiste. Il y a en a d'autres qui se battent chaque jour pour faire vivre la mémoire d'une personne disparue, c'est le cas des Amis de Barbara, mais également du Portail des Amis de Charles Trenet, d'autres encore qui souhaitent perpétuer l'histoire d'une personnalité...

Cette communauté va dans la continuité de ce qu'avait entreprit Pascal, en retrouvant et en mettant en avant d'innombrables chanteurs et chanteuses oubliés faute de plus être à la mode. Nous oeuvrons au travers de ce blog depuis maintenant un certain temps afin de perpétuer la mémoire de Pascal mais aussi ce pour quoi il se battait, la Chanson Française. Je crois pouvoir dire que nous restons fidèles à son combat, à ses idées, à sa mémoire...

Respectueusement à tous.

Ronan H.

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 21:50

Bonjour Nathalie et tous les Amis de Pascal, moi aussi j'ai été déçue, mais bon, nous ne sommes "jamais content"... L'être humain est ainsi fait. Ne ratez pas lundi 10 mai à 13 heures sur France 3. L'émission : "Nous nous sommes tant aimés" consacrée à Pascal Sevran. Je ne pourrai pas le regarder car je travaille mais je pense à toutes les personnes qui auront la chance et le bonheur de voir. Pascal, encore. Je vous embrasse tous. Ce même lundi à 0 h 10 un documentaire sur Dalida sur cette même chaîne. Marie-Pierre

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles