15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 05:48

Merci à tous je viens de découvrir ce blog et je suis ravie j'aime depuis toujours Pascal Sevran j'ai toujours été une fervente téléspectatrice et j ai enregistré la plupart de ces emissions dont j'ai encore les cassettes il me manque énormement je pense tous les jours a lui je suis désemparée depuis sa disparition il a partagée ma vie par l'intermédiaire du petit écran et j ai eu la chance de le côtoyer pendant plusieurs mois au moment de l'émission entrée d artiste 2.
et c'est lui qui ma donne ce nom de TATIE DANIELLE étant la tante de MARIE la gagnante du concours EN FEVRIER 2005.

MERCI MERCI DE LE FAIRE VIVRE PAR CES TEMOIGNANGES DE D'HONORER SA MEMOIRE PASCAL ETAIT QUELQU'UN DE BIEN.

TATIE DANIELLE

12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 15:04
3 On dirait qu'il va neiger


Dans les romans, les héros meurent, se marient, triomphent ou s'abîment dans l'échec, il faut conclure.
dans la vie rien ne presse. Le point final ne dépend pas de nous.

On dirait qu'il va neiger de Pascal Sevran.

11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 09:29

Bonjour tout le monde, Marie Christine, Martine, Annie ,tous les autres, tous ceux qui ont admiré, côtoyé Pascal, amis ou simple connaissances.....

Je lis aussi ce blog presque tous les jours et je suis très heureuse de relire les "phrases de Pascal", pas un jour ne passe sans que je ne pense à lui, moi aussi j'ai des difficultés à faire mon deuil de lui, il me manque énormément, je ne le connaissais qu'un petit peu, mais il y a un tel vide depuis son départ, je ré-écoute aussi en boucle pour le moment son album en duo, Pascal adorait les duos.....il est présent tous les jours dans ma vie, lorsque je ré-entends sa voix, je ne peux m'empêcher de pleurer, j'ai des enregistrements perso de très mauvaises qualités je les ai sauvegardé....(lui qui n'était pas fétichiste) mais je ne peux m'empêcher, c'est plus fort que moi....je fais livrer de temps à autres quelques fleurs, couleurs grenat et orangers et vert, "ses couleurs" aimait t'il à dire....je lui avait promis, pendant 30 ans encore....
Il n'y a jamais eu d'écho sur la croisière, a t'elle eu lieu ? qui parmi vous y était ? Quelqu'un a t'il des nouvelles de sa famille ? Que devient JCP Serge T ? Gérard M ?? cela me ferait plaisir de savoir que tout va bien pour eux....
Voilà, je vous laisse, sans oublier de remercier Ronan, pour tous ces moments qu'il nous remet en mémoire à chaque parole de Pascal, que de choses justes et vraies n'est-ce pas ??? Merci Ronan et pleins de bonnes choses pour vous.

J'embrasse tout le monde. Marianne de Luxembourg

J'embrasse aussi Vincent l'Alsacien si il nous lit encore... Un bisou plein de kougloff pour vous...Vincent

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 11:13

En 1992, Patrick Sébastien se déguise et piège les animateurs de télévision pour “le grand bluff”, ici Pascal Sevran piégé lors du tournage de la chance aux chansons.

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 11:00
Chanson écrite et composée par Charles Trenet en 1971 et utilisée à partir de 1984 pour l'émission la Chance aux chansons.

"La chance
Aux chansons
La France
A raison
D'aimer ces musiques, ces poèmes
Ils viennent
Dans nos cœurs
Y mènent
En douceur
Une existence un peu bohème
Et tant de souvenirs que l'on croyait incertains
S'éveillent en beau matin
Dans un refrain
Alors nous disons
En tout saison
Il faut donner la chance aux chansons !
Il faut donner la chance aux chansons !
Tu te souviens de celle
Qui répétait toujours
Que la vie était belle
Au temps de tes amours
Elle revient légère
Sur l'aile du printemps
Pour te parler ma chère
De nos vingt ans
La chance
Aux chansons
On danse sans façon
Au rythme des beaux jours qui passent
Mais les jours passés
Revivent on le sait
Dans un pays que rien n'efface
On garde le meilleur
Tout en berçant les regrets
Alors la joie demeure
Dans un couplet
Et redisons
La vie a du bon
Il faut donner la chance aux chansons !
Il faut donner la chance aux chansons !"

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 08:36
2 Des lendemains de fêtes


Si l'amour ne va pas sans désir au moins un temps, le désir n'est pas l'amour. Il s'agit de ne pas s'emballer. La confusion est permise à vingt ans, inévitable ; après quoi on n'a plus d'excuse.
Le désir n'est pas tout qui nous laisse le plus souvent désolés, sauf s'il précède l'amour, ce qui est assez extraordinaire. Il faut régler au plus vite la question du désir pour n'avoir plus à s'occuper que de l'amour.

Des lendemains de fêtes de Pascal Sevran.

8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 13:01

8 La mélancolie des fanfares
Sur l'amitié, inépuisable sujet de conversation, motif inévitable de contrariétés, illusions perdues, dans tous les cas, ceci de Chamfort : "Dans le monde vous avez trois sortes d'amis, vos amis qui vous aiment, vos amis qui ne se soucient pas de vous et vos amis qui vous haïssent."

Le style reste sur l'estomac, mais la pensée, pour désespérante qu'elle soit, est très juste.
Comme en écho, la confidence de Mitterand à Attali à propos d'un ami quémandeur qu'il s'apprêtait à recevoir à l'Elysée : " De deux choses l'une, ou je refuse de lui rendre service et il me haïra, ou je lui rends service et il me haïra encore plus."
On ne fait pas plus lucide. Que nous reste-t-il à nous qui ne sommes pas méchants :l'indifférence ?
Oui, hélas Attali, qui rapporte la parole du Président aussi clairement qu'il l'a entendue, nous le confirme : "L'indifférence était sa façon de détester, l'oubli sa manière de faire mal, le silence sa façon de dire du mal." 

La mélancolie des fanfares de Pascal Sevran.
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 10:03

Bonjour à toutes et à tous,

Je pense que le meilleur moyen de rendre Pascal "vivant" est de le relire ... C'est ce que je fais en ce moment car pour moi, Pascal est toujours vivant .. Je cite juste quelques mots de lui écrits depuis son Ile Saint-Louis : "Paris le 24 février 2005 Bientôt minuit. Je ne sais pas écrire si tard. Je n'écris jamais la nuit, je griffonne parfois à tâtons des mots pour mémoire. J'ai éteint le salon. Je suis seul. Les lumières de la ville sur la rive gauche de la Seine éclairent mon théâtre intime. L'Italien au coin de la rue de Bièvre ne tardera pas à tirer son rideau, la rue de Bièvre m'obsède. Tant de dimanches ... Mon dernier regard avant d'aller dormir est pour elle. La dernière péniche passe au feu rouge du quai de Montebello. Je reste le front collé à la vitre où se découpent dans le même élan le Panthéon, Notre Dame et la tour Eiffel. Le ciel est si bas qu'il avale la tour Montparnasse. Tout est bien."
Le Privilège des jonquilles. 

Claudine

7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 09:23
2 Des lendemains de fêtes


Mon bureau sera tendu de velours rouge comme les music-halls et les bordels d'autrefois. Je ne peux plus supporter le gris et le noir si modernes qui dominent cette pièce ouverte sur la nature où j'ai passé des milliers de jours et d'heures à écrire, heureux vraiment, malheureux définitivement.

Des lendemains de fêtes de Pascal Sevran.

5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 12:05
5 On s'ennuyait le dimanche


Quand la panique s'empare de moi, que mes neurones s'emballent, il me faut un visage, une voix, une oreille, quelqu'un pour me calmer. Il y a, autour de moi, trois ou quatre intimes qui le pourraient. Stéphane m'avait suggéré de faire publier une petite annonce ainsi rédigée : "Recherche jeune médecin bien de sa personne pour s'occuper de moi à temps complet et plus si affinités." C'était lui mon médecin. Je ne guérirai jamais de lui. Il y a cinq ans aujourd'hui, je l'embrassais pour la dernière fois sur son lit d'hôpital.

On s'ennuyait le dimanche de Pascal Sevran.

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles