9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 14:14

3 On dirait qu'il va neiger
On pourrait me croire guéri. C'est très bien ainsi. Je le laisse à penser. Cette politesse, je la dois à mes proches qui voudraient tant que je reprenne mon élan, mon allant, je la dois aux autres qui ont assez à faire avec leurs propres blessures.

Je ne suis pas guéri. Quand je dis que je vais mieux, ce n'est pas mentir, mais je devrais dire : autrement. Les fêtes et les défaites d'aujourd'hui n'ont pas le même goût, la même violence que celles d'hier.

Je me tiens là, sans défense au bord de mes larmes, de mes rires. Je ne pleure plus, je me l'interdis, je ne ris pas, sinon pour rire, mais je chante, je réponds parfois à des tendresses inespérées, je vais lentement sur les chemins de Morterolles, autour de l'île, je poursuis une ombre.

On dirait qu'il va neiger de Pascal Sevran.

9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 14:01

"Je préfère le cynisme à la fourberie et ce fut toujours pour moi un malin plaisir de scandaliser les hypocrites.

J'ai toujours pensé que la pire des escroqueries c'est de paraître bon quand on est méchant, de même que rien n'est plus rassurant et consolant que de valoir mieux que sa réputation."

Marcel Jouhandeau

9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 07:51

Oui chère Martine, vous avez peut être raison, mais l'important c'est que nous pensons encore tous à Pascal, en tous les cas moi j'y pense tous les jours et je n'arrive toujours pas à réaliser vraiment qu'il n'est plus là....

Je consulte le site régulièrement, mais je n'écris pas souvent, et grâce à Ronan, nous avons quand même régulièrement les extraits de Pascal, qui me comblent, car je n'ai pas le temps de relire tous ces "journaux".

Je fais de la protection animale à haut niveau et croyez moi tous les problèmes de gens sont présents tous les jours....tout le monde est censé se battre pour améliorer et tout le monde se fait des guerres épouvantables....

J'embrasse tout le monde du site, je voudrais aussi redescendre à Morterolles, peut être en automne qui sait....je me demande comment survit sa propriété....

Je vous embrasse tous.

Marianne

8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 12:35

Comment ce qui devait à l'origine être un site uniquement créer dans le but de rendre hommage à un homme que nous aimions tous, s'est il transformé au fil du temps  en un vaste site de malentendus, et d'écrits malheureux.

J'avoue ne plus rien comprendre, et pourtant Dieu sait si j'ai fait des efforts pour contenter tout le monde, même au temps de Vincent qui avant de " péter complètement les plombs " gérait très bien ce blog, dommage. 

Claude dans son commentaire s'étonne que personne n'est rendu hommage à Pascal pour l'anniversaire de sa mort, encore faut-il pouvoir le faire, impossible de poster des messages un peu long, hier soir encore mon message tapé, impossible de l'envoyer, il y a longtemps que j'avais signalé ce problème a Ronan, pour moi le fait d'écrire par l'intermédiaire  de Ronan enlève la magie de mes messages.

Il doit bien rire notre Pascal de son petit coin de cimetière à l'abri des regards, oui il doit bien rire de nous voir se " chamailler ", il aurait bien aimé ce mot, comme des enfants gâtés .
 
En attendant je vais charger mes enfants qui retournent dans le Limousin, d'aller lui rendre visite, et lui dire que tout est bien difficile depuis qu'il nous a quitté. 

Martine
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 10:53
1 La vie sans lui


L'intimité ne se réduit pas à l'amour physique, il en est parfois le prolongement heureux mais il ne la prouve pas, ne l'éclaire pas. L'intimité c'est donner son âme à qui peut en partager les bonheurs et les tourments.

Le rapprochement des corps tient le plus souvent du hasard et de la nécessité, il peut se passer de grands sentiments ; l'intimité relève du secret que l'on peut partager, de l'indicible que l'on peut dire enfin. Le corps n'est pas un secret indicible.

Je n'ai plus d'intime depuis que Stéphane ne m'entend plus.
Je parle un peu, mais je ne dis rien. J'écris pour les oiseaux.

La vie sans lui de Pascal Sevran.

8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 10:45
1 La vie sans lui


Le soleil aggrave tout ! Je ne sors plus que la nuit, je me coule en elle avec volupté, je l'aime fraîche la nuit, silencieuse et sans lune. Je suis son amant exigeant, je ne rends pas les armes sans discuter.

Il n'y a pas de garçons, il n'y a pas de filles à Morterolles, la nuit les remplace qui apaise mon corps et mon âme, en attendant. La question sexuelle, quand elle se posera, je la réglerai ailleurs avec qui passera au bon moment, ou tout seul comme un grand. Il ne faut pas faire un drame de ces affaires-là !

"Je ne parle jamais de l'amour physique dans mes livres, j'ai écrit tous mes livres le coeur serré."
Chardonne à ma rescousse.

La vie sans lui de Pascal Sevran.

5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 18:57
Monsieur,
 
Je ne vous connais pas, pourtant je viens vers vous. Je vais parfois visiter votre blog et le site officiel de Pascal Sevran. J'apprécie cet écrivain. Son oeuvre est magnifique. Aujourd'hui, il semble que ce site soit clos. Une dame écrivait dans votre rubrique "Impatience et Mécontentement" que seul, le site officiel était légitime, pourtant il est fermé.
 
A la date du 09 Mai il n'y avait aucun article-hommage, cela m'a étonné.Pour la première fois je vous écris. Connaissez-vous la raison de la fermeture de son site ?

Votre blog est toujours intéressant alors peut-être avez-vous une explication. Garder la mémoire de son oeuvre me paraît important. Vous faites cela avec talent.


Je reviendrai vers vous, avec plaisir. Merci de m'avoir lu.
Claude
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 19:03

Une lettre ce matin parmi beaucoup d'autres. Je ne pourrai pas y répondre, l'adresse est illisible. Ces femmes, ces hommes si près de moi et si loin, je voudrais les tenir dans mes bras.

Des lendemains de fêtes de Pascal Sevran.
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 18:38


Bonjour à tous,

Je vous annonce la création d'une nouvelle rubrique intitulée "Impatience et Mécontentement".

J'ai décidé de cette création par soucis de transparence afin de laisser la parole aux personnes mécontentes du blog.

Très respectueusement à tous.

L'administrateur

2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 10:41

3 On dirait qu'il va neiger
"La femme qui aspire à devenir l'égale de l'homme manque parfois d'ambition." J'ai dit cela cent fois qui est une évidence et que l'on prend pour une énormité, je l'ai écrit autrement dans ce Journal, alors je jubile, je me sens moins seul en découvrant dans Libération cette citation d'un "publicitaire, philosophe " de quarante-six ans, Dominique Quessada. Moi qui ne suis ni publicitaire ni philosophe, j'aimerais bien aussi "que les femmes, lorsqu'elles acquièrent la liberté des hommes, n'agissent pas comme ce qu'il y a de plus terrible en eux. Qu'elles prouvent que l'on peut être mieux, tout en étant égal. Mais non, elles ne le prouvent pas forcément."

On dirait qu'il va neiger de Pascal Sevran.

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles