/ / /

Pascal Sevran publie le troisième tome de son journal intime

PARIS Tout avait commencé il y a deux ans, avec la publication de La vie sans lui, un livre bouleversant dans lequel Pascal Sevran racontait sur le mode du journal intime la disparition de Stéphane, l'amour de sa vie. Pas moins de 200.000 exemplaires se sont vendus en quelques mois. Au point d'inciter l'animateur à continuer dans cette voie. Après Des lendemains de fêtes l'année dernière, il vient ainsi de sortir le troisième tome de son journal intime, On dirait qu'il va neiger, où il retrace, au jour le jour, son année 2001, dévoilant une nouvelle fois un versant de sa personnalité occulté à la télé.

Coucher vos états d'âme sur papier, c'est devenu indispensable pour vous, un peu comme une thérapie?
`Tous les gens qui écrivent règlent une névrose personnelle. Il y a aussi cette rencontre inimaginable entre mes mots et l'émotion des lecteurs.´

Comment expliquez-vous cette rencontre?
`Tout le monde se cherche un peu dans les livres. Des lecteurs se sont retrouvés dans les miens. C'est un peu le miracle de la littérature.´


Grâce à vos livres, vous n'êtes désormais plus perçu uniquement comme l'animateur de La chance aux chansons...


`C'est vrai. Cette question est maintenant réglée. C'est très émouvant pour moi de voir qu'on peut me regarder autrement que comme un homme public qui fait du divertissement à la télévision, mais aussi comme quelqu'un qui a peut-être deux ou trois mots à dire et à écrire sur la vie, l'amour, la mort.´


Trois ans après sa disparition, Stéphane est toujours omniprésent...


`C'est dans le silence qu'on retrouve les gens qui nous ont quittés. La solitude ne me fait pas peur puisqu'il l'habite.´


Vous jetez aussi un regard très amer sur notre monde. Vous écrivez `tant de vies médiocres et si peu de suicides ´. Qui est le vrai Pascal Sevran: celui joyeux de la télé ou le misanthrope qui écrit des livres?


`C'est difficile à dire. Mes proches pourraient peut-être mieux en parler. Il est évident que quand je suis dans l'écriture, le silence, l'introspection, c'est très proche de moi. Les mots sont choisis et pesés au gramme près. J'essaie de ne pas écrire pour ne rien dire. Disons que je suis 50% moi quand je suis à la télévision et 100% dans mes livres.´


D'où vous vient cette noirceur?


`Il y avait beaucoup des sentiments que j'exprime dans ce livre que j'avais avant la disparition de Stéphane. Et puis, sa disparition a tout aggravé. Mais j'étais déjà cet homme-là quand il était présent. Et c'était cet homme-là qu'il aimait.´


Vous parlez beaucoup de votre vie privée. Vous ne pensez pas que vous allez parfois un peu loin?


`Compte tenu de ce que je lis et de ce qui se publie ailleurs, c'est la Bibliothèque Rose ce que je raconte. Mme Catherine Millet ne m'a pas semblé de la plus haute délicatesse!´


Vous écrivez qu'ado, vous vous laissiez `caresser un peu par le forain en échange de tickets gratuits´. Et de conclure: `Pourquoi faire tant d'histoires quand les enfants s'amusent avec des plus grands qu'eux?´
C'est très ambigu comme propos...


`Attendez, j'écris aussi Que l'on pende haut et court ceux qui les torturent et les violent, leurs parents bien souvent. C'est très clair!´

Vous ne craignez pas de choquer?
`Mais je me fous de ce qu'on dit. Je n'ai peur de rien. Je suis un homme libre, j'écris ce que je veux!´


Vous citez une lettre d'une personne dont le regard sur l'homosexualité a changé grâce à vos livres. C'est votre plus belle victoire?


`C'est certain. Je ne pensais pas que mon livre pourrait provoquer une telle évolution des moeurs.´
Ronan

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles