26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 09:31
Bonjour à tous les amis de Pascal.
 
Certaines personnes demandent parfois des nouvelles d'Aïda en particulier Nathalie. J'ai pu avoir une conversation téléphonique avec celle que Pascal avait surnommée Aïda (allusion musicale à Verdi). Cette dame charmante et modeste porte avec une affectueuse discrétion les souvenirs de sa vie près de Pascal. Elle a connu le jeune journaliste pressé de se construire un avenir; elle sera témoin du reste de sa vie, confidente du meilleur et du pire de son chagrin. Elle quittera son emploi, bien après l'âge de la retraite, et restera toujours très proche de lui.
 
"Aïda est apparue dans ma vie, il y a vingt-cinq ans aujourd'hui, avant Stéphane. Elle l'a vu grandir, elle l'a aimé, nous voilà au point de départ sans lui, face à face, en chiens de faïence, parfois. Elle sait tout mais elle en veut plus encore, elle devine tout, c'est l'intelligence qui la caractérise. Cela me rend indulgent et puis j'aime qu'elle s'occupe de tout, de mes chaussettes et de mes larmes, de la poussière et de mes banques...
... Voilà vingt-cinq ans qu'elle m'explique chaque matin qu'elle n'a pas dormi de la nuit pour s'affairer aussitôt sans défaillir. Elle a également toutes les maladies que son cher Bon Dieu a inventées, ce qui fait d'elle une miraculée perpétuelle quand on sait qu'elle n'a pas arrêté de travailler huit jours en un quart de siècle.
Elle a une maison à Morterolles à coté de la mienne, nous finirons ensemble ici, elle ira à la messe se plaindre à qui de droit.
Personne ne l'impressionne, pas même le président de la République quand il venait dîner à Montmartre, même pas Dieu, même pas moi.(La vie sans lui)
 
... Elle a lu mon livre dans les heures qui ont suivi sa parution, mais elle ne dira rien...A moi elle ne dira rien. Il y a de l'orgueil espagnol dans son silence...Elle repasse mes chemises avec un soin maniaque, peu lui importe que je sois bon à la télévision, elle veut que je sois propre.
Intimes, nous sommes intimes, Aïda et moi. De cela elle peut se vanter.(Journal 2)
 
Je pars, je laisserai à Aïda l'avantage de refermer définitivement la porte derrière nous...Je peux compter sur elle pour ce genre de cérémonie. Quand ils seront grands, elle racontera à ses petits-enfants sa vie avec nous ici. Elle a tout vu ou presque.
Aïda est retournée à Montmartre, là où nous avons vécu vingt huit ans elle et moi.Elle me raconte ce matin sa visite aux nouveaux propriétaires...Elle était aussi chez elle, chez nous : en m'abreuvant de précisions inutiles elle revisitait un théâtre où elle avait régné sans partage...Aïda sait que je ne m'abandonne pas sans réticence à la nostalgie.(Journal 3)"
 
En quelques lignes dans ses journaux, Pascal résume avec tendresse, quelle place occupait Aïda. Elle me confirme tout cela et s'étonne que l'on prenne de ses nouvelles. Elle me prie de vous dire ceci :" Je vous remercie, je vais bien, comme une grand-mère qui prend soin de sa famille et de ses petits-enfants J'aimais beaucoup Pascal, je ne l'oublie pas."
 
Aïda ne va pas sur internet, elle m'explique que cela n'est plus de son âge en riant. En la quittant je lui ai promis qu'elle recevrait par courrier ces lignes la concernant et vos commentaires si vous souhaitez en faire. Aïda est vraiment une personne délicieuse, je comprends mieux pourquoi ces deux-là s'entendaient si bien et pour longtemps.
Je remercie l'ami (il se reconnaîtra) qui a permis cette belle et émouvante conversation, elle aura une suite.... 
Je vous adresse à tous mon amical souvenir. Annie
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 12:46

Chères amies, chers amis de Pascal Sevran,

Il y a un an, je vous écrivais pour vous faire part de ma, notre, colère face aux attaques dont Pascal fut la victime à la fin de sa vie et même « post mortem ».

Je vous lis toujours régulièrement.

Je constate bien des regrets chez bon nombre d’entre vous : Pourquoi ne parle-t-on plus de Pascal ? Pourquoi ne le voit-on plus sur le petit écran ?
Je dois vous l’avouer, je ne suis pas étonné de ne plus voir Pascal à la télévision. La télévision est une fille facile, une prostituée : seul le client du jour compte ! Celui de demain ?
Evidemment, il nous reste l’espoir d’une rediffusion, d’une émission placée sous le signe de la nostalgie. Soyons réalistes, ce n’est pas certain.

Pour être tout à fait sincère avec vous, pour ma part, peu m’importe, Pascal est en moi. Surtout, je n’attends rien de personne. Même si, en vous lisant, je me sens moins seul. Ce n’est pas rien. «
C’est déjà ça » comme diraient certains !
Quand je dis que je n’attends rien de personne, je ne vous livre pas tout à fait le fond de ma pensée. Me sentant en sécurité, et, je le pense, compris, je vais oser : Où sont passés certains
membres de son entourage ? Pourquoi ne laissent-ils pas, comme Didier Ouvrard, un texte voire quelques petites lignes sur ce site (certains sont pourtant écrivains !) ?
Je n’attends pas de merci de leur part pour veiller avec vous sur la mémoire de Pascal mais si « les anonymes » n’oublient pas, je voudrais pouvoir dire que « eux » non plus.


Quand je pense à Pascal, j’entends la musique du temps qui passe ; je me promène au bord des étangs de Morterolles ; je marche sur la Place de l’église ou le long de la Seine, face à Notre Dame ;
je le vois écrire à son bureau ; je souris en repensant à ses agacements, souvent partagés d’ailleurs.

Inconsolable et gai disait Pascal pour se définir.
Gais, nous devons le rester car, pour nous, la vie continue.
Inconsolables, nous le sommes assurément. De lui.

Il s’émanait de Pascal une douce mélancolie, mélancolie que je retrouve en vous lisant, ma propre mélancolie.
Voilà pourquoi, chères amies, chers amis, il nous manque tant….

Je vous embrasse bien tendrement,

Jérôme.

2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:03

Bonjour chers Amis de Pascal Sevran,

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2012, surtout une bonne santé, beaucoup de joies et de petits bonheurs, la réussite de vos projets. Une pensée très forte et dans le plus grand respect pour toute la famille de Pascal en particulier Jean-Christophe, son neveu et Jacqueline, sa soeur. 
Je suis très en retard pour les voeux, mais ils n'en sont pas moins sincères. J'étais bien pour Noël et beaucoup moins pour le Nouvel an, j'espère que je serai pardonnée. 
Avec l'hiver qui arrive, votre saison, cher Pascal, j'ai une pensée intense pour vous, votre absence m'est toujours aussi dure et pesante. Vous resterez à jamais inoubliable et je garde comme un trésor : vos photos, vos cd, vos dvd, vos livres, votre journal avec vos pensées, vos mots.

Une pensée affectueuse aussi pour Stéphane Chaumont. Son anniversaire était le 4 janvier.

En attendant de vous retrouver bientôt, chers amis de Pascal Sevran, je vous embrasse de tout mon coeur , toutes et tous.

Joëlle

2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:01

Bonjour,

"Aïda ! 30 ans hier que nous nous supportons Plutôt bien. Elle a tout vu,tout entendu,tout comprisou presque.Si elle ne lave plus mes chemises,elle ne me quitte pas,sa mémoire me saisit souvent. Elle a tout retenu avec gravité. C'est à elle un jour que l'on pourra demander de mes nouvelles,si ça intéresse quelqu'un." Il pleut,embrasse-moi.

Maintenant qui peut nous donner des nouvelles ? J'espère que Madame Aïda est toujours parmi nous et se porte bien avec ses souvenirs.

Amitiés. Nathalie

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:32

Bonjour,

Je souhaite une agréable année à toutes les personnes ayant une pensée pour Pascal. J'ai les mêmes sentiments que vous , la télé oublie Pascal, lui qui nous faisait passer de bons moments. Peut-être qu'un jour un directeur des programmes pensera à Pascal  ! 
Amitiés.

Nathalie

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:30

Bonne année à vous tous rassemblés autour de notre cher Pascal. Merci pour cette vidéo ! Je vous embrasse.
Florence

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:29

2 Janvier 2000

"Tous les jours de ma vie désormais sont des lendemains de fetes. Des défaites annoncées.
J'étais beau avant dans les yeux de Stéphane, heureux seulement quand il me regardait. Il n'est plus question que je bouge. Je veux etre le spectateur innocent des désordres du monde et de ses beautés. Ai-je d'autre choix que celui-là, qui consiste à me faire tout petit, à ne déranger personne ? Il est minuit à l'église de Morterolles. Plus rien ne presse."

Extrait " Des lendemains de fetes ". Pascal Sevran.

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 08:54

Amis de Pascal, je vous souhaite à tous, une très belle année 2012. Oui, Ronan nous passerons encore sur ce blog déposer des mots simples et gentils en mémoire de Pascal. Nous ferons cela parce qu'il le méritait et que nous n'oublions pas son talent et son oeuvre.
Amicales pensées. Annie

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 08:52

J'espère qu'un jour on reverra à la télé de belles émissions comme celle de pascal pour continuer à faire revivre notre patrimoine de la chanson francaise. On a l'impression que la télé s'évertue à oublier ou renier le souvenir de pascal, nous sommes nombreux à ne pas l'oublier,  il restera dans nos coeurs pour toujours.

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 08:52

A mon tour de vous souhaiter à toutes et à tous une bonne année 2012. Je "n'écris" pas souvent sur le blog, mais je lis chaque nouveau message. C'est grâce à vous, à vos messages, que Pascal continue à vivre. Merci à Annie de Gironde, Joëlle, Christophe, Marianne, Nathalie, Paola, Paulette, Marie Françoise, voisine de St Pardoux.....Didier bien sur, ..... et à Ronan bien sûr. Je vous embrasse, embrassez-vous.
P.S. : mon ordinateur a "bugé" et j'ai retrouvé, au bout de 2 ans de recherches, une vidéo de Pascal où il chante et danse sur "il faut de la musique" en costume noir et chemise rouge, il est...... 

Présentation

  • : Le blog des Amis de Pascal Sevran
  • : Ce blog a été crée afin de perpétuer la mémoire de Pascal Sevran au travers de sa vie et de son oeuvre tant audiovisuelle que littéraire.
  • Contact

Renseignements

En cas de difficultés pour publier un commentaire ou pour toute autre remarque, merci de me contacter avec le formulaire contact ci-dessus.

Pascal Sevran sur Facebook

Anciens Articles